La Borde : j'ai vu peu d'âmes aussi sensibles que la sienne, de coeurs si tendres, si bonnes et si compatissantes

Ce qui m’a encore plus intéressé dans cette ville gallico-germanique, ce sont les audiences du comte de Cagliostro.

Cet homme singulier, étonnant, admirable par sa conduite & par ses vastes connaissances, petit, gros, d'une figure qui annonce l'esprit & exprime le génie, ayant des yeux de feu qui lisent au fond des âmes, est arrivé de Russie depuis sept ou huit mois, & paraît vouloir se fixer dans cette ville au moins pour quelque temps. Personne ne sait d'où il est, ce qu'il est, où il va.

Aimé, chéri, respecté des Commandants de la Place & des principaux de la ville ; adoré des pauvres et du petit peuple ; haï, calomnié, persécuté par certaines gens ; ne recevant ni argent ni présents de ceux qu'il guérit ; passant sa vie à voir des malades, surtout des  pauvres, les aidant de remèdes qu'il leur distribue gratis,  & de sa bourse pour avoir du bouillon ; mangeant fort peu, et presque toujours des pâtes d'Italie ; ne se couchant jamais, & ne dormant qu'environ deux ou trois heures assis sur un fauteuil ; enfin toujours prêt à voler au secours des malheureux à quelque heure que ce sait, & n'ayant d’autre plaisir que celui de soulager ses semblables ; cet homme incroyable tient un état d’autant plus étonnant qu'il paie tout d'avance, & qu'on ne sait d'où il tire ses revenus, ni qui lui fournit de l'argent.

Vous sentez bien, Madame qu'on fait force plaisanteries a ses dépens : c'est au moins l'ante-christ ; il a cinq ou six cents ans ; il possède la pierre philosophale, la médicine universelle : enfin c'est une de ces intelligences que le Créateur envoie quelquefois sur la terre revêtues d'une enveloppe mortelle. Si cela est, c'est une intelligence bien estimable. J'ai vu peu d'âmes aussi sensibles que la sienne, de cœurs si tendres, si bons & si compatissants. Personne n'a plus d'esprit & de connaissances que lui ; il sait presque toutes les langues de l’Europe & de l'Asie, & son éloquence étonne & entraîne même dans celle qu'il parle le moins bien.

Je ne vous dis rien de ses cures merveilleuses ; il faudrait des volumes ; & tous les journaux vous en parleront. Vous saurez seulement que de plus de quinze milles malades qu’il a traité, ses ennemis les plus forcenés ne lui reprochent que trois morts, auxquels encore il n'a pas plus de part que moi.

Je ne saurais vous peindre le plaisir que j’ai eu à le voir tous les jours que j’ai passé ici, ni la peine que j’ai éprouvée en le quittant. Il  avait conçu quelque amitié pour moi ; en nous séparant nous avons pleuré, lui par bonhomie, & moi de regret : je me disais, est-ce que je ne le reverrai jamais ?


Jean Benjamin de la Borde, Lettres sur la Suisse, Paris, 1783, Lettre II, Strasbourg, 15 juin 1781.