Poésies dédiées à Cagliostro

cagliostroportrait

 

« Voilà l’homme étonnant dont le talent sublime

De la mort, chaque jour, trompe l’avidité

Et qu’aucun intérêt n’anime

Que celui de l’humanité. »

 

silhouette

 

« Sous ce faible crayon, reconnaissez l’image

De l’ami de l’humanité.

Son existence est d’être Sage

Et sa devise est la Charité. »

silhouette

 

« Pour savoir ce qu’il est il faudrait être lui-même.»

 

silhouette

 

« Dans Bordeaux il est arrivé

Un homme qui fait des merveilles.

Par lui tout le monde est sauvé,

Ouvrez les yeux et les oreilles,

Ouvrez les yeux et les oreilles,

Le comte de

Le comte de Cagliostro

Va guérir de tout vertigo :

Bravo, bravo, bravissimo ! »

(Chanson inédite qui circulait à Bordeaux en 1783)

 

silhouette

 

« De l'Ami des Humains reconnaisez les traits

Tous ses jours sont marqués de nouveaux bienfaits

Il prolonge la Vie, il secourt l'indigence

Le plaisir d'être utile est seul sa récompense. »

 

silhouette

 

«  Mais toi, de la nature ô fils infortuné

Qui t’a mis sous le glaive au crime destiné ?

D’où partent ces sanglots dans l’horreur des ténèbres ?

Et ces gémissements sous les voûtes funèbres ?

Dits-moi quel est ton crime et quels sont tes forfaits !

 

‘ J’avais toujours compté mes jours par mes bienfaits

Ami, Consolateur de la nature humaine

Je mettais mon bonheur à soulager sa peine.'

Et le consolateur, l’ami de l’univers

Gémit en ce moment, chargé d’indignes fers.

' Des maux que j’ai guéris par ma vaste science

De mes vastes travaux telle est la récompense,

Français, peuple d’ingrats, malheureuse cité,

Je consacrais mes jours à ta félicité…’  »

(Anonyme, le lendemain du procès du collier)

 

silhouette

 

« Mounier te doit ses jours, bienfaiteur des humains,

Prodige de bonté, de vertus, de science

Et donne au siècle heureux de tes contemporains

Cet hommage public de sa reconnaissance. »

 

silhouette

 

«Le comte de Cagliostro

Imposteur chez ceux-ci

Prophète chez ceux là

L’énigme de nos jours

C’est l’homme que voilà.»

 

silhouette

 

« Que Cagliostro ne soit rien,

Qu'il soit Maltais, juif ou chrétien,

A l'affaire que fait cela?

Alleluia... »

(Couplet populaire de l'époque de l'Affaire du collier)

 

silhouette

 

« En vain l’orgueil et l’avarice

La jalousie et la malice

Contre lui lancent tous leurs traits

Tu te ris de leur imposture

Et comme Dieu dans la nature

Tu les confonds par tes bienfaits… »

(Touchon, pasteur de l’église française de Bâle)

 

silhouette

 

  

« Chiron(1)  est descendu des cieux.

Amis, il est en cette ville,

Grand herboriste et médecin habile.

L'on dit qu'il a reçu plusieurs secrets des dieux.

Il faut que le public, en lui rendant hommage,

Observe aussi qu'il est un sage.

Son talent et son or sont à tous les mortels.

Taisez-vous, inepte, critique,

Rougissez d'avoir dit qu'il est un empirique ;

On devrait élever à Chiron des autels...»

(Acrostiche   9 décembre 1783, Affiches de Bordeaux)

 

 


(1) Dans la mythologie grecque, Chiron était un centaure (mi-cheval, mi-homme), réputé pour sa sagesse. Versé dans la connaissance des plantes, il maîtrisait l'art de guérir. Il enseigna la médecine à Asclépios (Esculape pour la romains)